Karate-Saint-Gillois : site officiel du club de karaté de ST GILLES - clubeo

Grade

La tenue pour l'entraînement ou pour le combat se nomme keikogi ou karatégi, constitué d'une veste et d'un pantalon de coton blanc. L'uniformisation s'est faite dans les années trente, et est devenue dans les années cinquante un phénomène commercial. Plus l'art est simple, plus la tenue l'est aussi. L'art du sabre étant considéré comme un art noble, la tenue est plus compliquée et encore davantage lorsqu'il s'agit du kyudo, le tir à l'arc.

Les karatékas portent une ceinture dont la couleur change avec le grade. La ceinture noire s'obtient après neuf kyus. Après avoir obtenu sa ceinture noire, le karatéka pourra ensuite poursuivre son évolution en passant des Dans. Mais les étapes entre les Dans sont beaucoup plus longues que celles qui séparent les ceintures de couleurs.

Rares sont ceux et celles qui atteignent le niveau de 10 ième  Dan; ce sont habituellement les précurseurs d'un style, ou les disciples des Maîtres. Les kyus se comptent à rebours. Ainsi le 9 ième kyu est la ceinture blanche, le 8 ième la ceinture jaune et ainsi de suite. Le 1er kyu est le stade précédant la ceinture noire, 1er Dan ou Shodan. Les couleurs des ceintures peuvent varier d'un dojo à l'autre, mais l'ordre habituel de blanche à noire est : blanche, jaune, orange, verte, bleue 1 et 2, marron 1, 2 et 3. Par la suite, les niveaux suivants se nomment des Dans.

Qu'est ce que qu'un Dan ? Dans l' histoire des arts martiaux modernes, au Japon, l'utilisation du terme Dan a commencé avec le judo. Les autres disciplines ont suivi graduellement ce modèle pour désigner les grades obtenus au cours de la progression des pratiquants. Auparavant, au 19 ieme siècle ce terme avait déjà été utilisé d'une façon peu systématique en Ken Jutsu (technique du sabre).

Le terme Dan n'est pas seulement réservé au domaine des arts martiaux. L'utilisation de ce terme pour désigner des grades est plus ancienne dans différentes activités culturelles japonaises. Dans le jeu de go, par exemple, le terme dan est utilisé depuis le 18 ieme siècle. De nos jours au Japon, le système des grades avec le terme Dan est appliqué aussi à la voie de calligraphie, au jeu d'échec et aussi à l'art des bouliers, qui est la base classique des mathématiques. Les arts martiaux ne sont qu'un des domaines où ce terme est utilisé pour désigner les grades.

Originellement le système de grades s'inscrivait dans l'approfondissement d'un art qui se confondait avec la vie d'une personne. Il constituait en quelque sorte un repère dans l'itinéraire de la vie. Lorsque la notion moderne du Budo est apparue, il y a environ un siècle, avec la fondation du judo, c'est dans cet esprit que le système des Dans a été adopté. Il n'y a donc pas de lien entre la notion de Dan et la compétition ; en combat, la classification de champion importe, en Budo ce qui importe est la formation d'une personne tout au long de sa progression dont le chemin sur la voie est échelonné par les Dan. Suite à l'expansion mondiale de la pratique des arts martiaux, son usage est maintenant devenu international.

   

 Ceinture

 

 Niveau

 

 Kata suggéré

Blanche        9 ième kyu  

0

Jaune      8 ième kyu     Heian Shodan
Orange      7 ième kyu     Heian Nidan

Verte

     6 ième kyu     Heian Sandan
Bleue 1      5 ième kyu     Heian Yondan
Bleue 2      4 ième kyu     Heian Godan

Marron 1

     3 ième kyu     Tekki Shodan

Marron 2

     2 ième kyu     Bassai-Dai

Marron 3

     1 er    kyu     Bassai-Dai

Noire

     1 er    dan     Bassai-Dai

Shin-gi-tai . Les trois éléments qui, dans la pratique d'un art martial traditionnel, amènent l'efficacité; sont ce qui provient du mental (Shin), ce qui vient de la technique (Gi), et ce qui est rapporté par les qualités physiques (Tai). Il s'agit de trois aspects qui forment un tout, et on ne peut toucher à l'un sans toucher aux autres; leur intégration est la manifestation de la maîtrise du karaté-do.

  • Shin ; l’esprit, le mental, l'attitude. Il permet l’utilisation judicieuse des techniques, et représente les vertus morales auxquelles doit se référer les pratiquants
  • Gi ;  la technique, l'ancrage au sol, le hara et le travail des hanches. Elle potentialise les qualités physiques.
  • Tai  ; le corps, les qualités physiques, équilibre, souplesse, force, résistance, endurance, vitesse ...

Celui qui s'est appliqué et a persévéré dans l'étude du karaté pour mériter la ceinture noire se distingue des autres étudiants. Être ceinture noire signifie que l’on est parvenu au premier stade de la philosophie du Budo, et que nous sommes désormais qualifié pour étudier la subtilité des techniques et méditer le sens profond du karaté. La ceinture noire ne confère pas seulement un honneur, mais aussi d'importantes responsabilités. Le prestige traditionnel attaché à la ceinture noire, se reporte aussi sur son possesseur. C'est pourquoi la ceinture noire doit se montrer digne de cette réputation.

De ce fait, chaque ceinture noire est un ambassadeur du karaté qu'il représente même à son insu. Il doit donc présenter l'image véritable du karaté, car se conduire dans le dojo ou au dehors de façon contraire aux règles traditionnelles d'honneur et de morale du Karate Do est préjudiciable, non seulement au possesseur de la ceinture noire, mais aux autres ceintures noires, au dojo qu'il représente, et au karaté tout entier.

La progression idéale selon Kase Taiji

L'important est de progresser, chacun à son rythme, par rapport à soi et non pas par rapport aux autres. Nous savons que rien n'est acquis définitivement et qu'il convient de ne jamais perdre ni humilité ni patience. Sensei Taiji Kase

5 ans de pratique, ou plus : Permettent d'obtenir la ceinture noire de Karate Do. Mais ce niveau ne fixe que la mémorisation des techniques de base. Bien souvent au Japon, trois ans sont suffisants pour obtenir ce grade, mais l'entraînement journalier est de 2 à 3 heures. La ceinture noire 1er Dan est considéré égale à l'obtention du baccalauréat universitaire qui ouvre la porte aux études supérieures.

10 ans d'études du karaté : Elles vous permettront d'avoir de bonnes bases techniques générales. C'est seulement après ce niveau que l'on devrait commencer à enseigner quotidiennement, car il est très important que le professeur montre correctement les techniques de bases assimilées au cours de ces dix années. Il est indiscutable que l'on ne peut montrer correctement et d'une façon rigoureuse si l'on n'a pas le niveau requis.

15 ans d'entraînement : Outre un corps parfaitement formé et une bonne condition physique, ces 15 années permettront une application automatique de la technique, non pas de façon mécanique mais en permettant de développer l'esprit. Le réflexe blocage/contre-attaque doit être instinctif.

20 ans de pratique : La compréhension reste le trait dominant. Le travail mental arrive au même temps que la réalisation du physique. Ainsi doté de ce mental, le karatéka à ce niveau reste toujours en éveil, comme l'animal endormi que le moindre danger alerte. A partir de là, la vie est consacrée au Karaté Do, on ne peut plus changer de voie ou de destin.

30 ans de Karate Do : Après cette évolution, l'action est la suivante : dans l'instant de la décision le corps arrive en exprimant la pensée (harmonie mental - physique). Est-il nécessaire de préciser ce que ces 30 années impliquent ? Entraînement régulier, kata, kihon, kumite. La comptabilité des années est étrangère à ce qui précède.

Vers 40 années : C'est le niveau vers le sixième sens, une forme de télépathie sensitive de quatrième dimension pour le karatéka ayant atteint ce temps de pratique. On ne peut considérer que seule la réflexion permettra de progresser. La pratique et la réflexion sont toujours indissociables. L'enseignement à retenir de cette progression est que, au début du karaté Do, l'aspect auto défense domine. La notion d'adversité est primitive. Cette progression démontre qu'il ne faut pas combattre, mais aider l'autre et découvrir la voie. Il y a une transformation de la personnalité par la compréhension du partenaire, de l'adversaire.

BIENVENUE

Vous êtes actuellement sur le site officiel du Club de Karate Shotokan de la Ville de Saint-Gilles dans le Gard

Le karate est un Art martial Japonais, c'est une forme d'auto-défense se pratiquant principalement à mains nues. Le ou La future Karateka apprend à contrôle son corps et son esprit, les coups ne sont pas totalement portés contre l'adversaire. Les gestes sont maitrisés et s'accompagnent généralement d'un KIAI afin de libérer son énergie.

Tout ceci se déroule sous l'encadrement de Ophelie (professeur). 

N'hésitez pas à venir vous renseigner et venir faire vos cours d'essais afin de faire partie de notre famille

Karate saint-gillois. 

karatesaintgillois30@gmail.com

ou par téléphone : 06 31 02 95 72

 

Bonne visite sur notre site !