Karate-Saint-Gillois : site officiel du club de karaté de ST GILLES - clubeo

Kumite

C'est le moment où 2 techniques, 2 volontés, et 2 corps s'affrontent dans un match où rien n'est fixé d'avance. Le combat libre ou de compétition, donne l' occasion au participant d' utiliser ses capacités en vue d'affronter le défi posé par les capacités de son opposant. Le mot "compétition" vient du latin cum petire; essayer ensemble. Chaque personne essaie d'actualiser son potentiel, et cette tâche est facilité parce que chaque adversaire force l'autre à faire de son mieux.  Ainsi la compétition de par son entraînement spécifique, fait progresser le karatéka, car elle est un test d'efficacité qui permet aux compétiteurs de prendre conscience de leurs faiblesses, et ainsi de se remettre en cause. La compétition améliore la qualité de l'expérience lorsque l'attention porte sur l'activité elle-même; lorsque le participant vise des buts extrinsèques - l'emporter sur l'autre, impressionner les spectateurs, gagner une médaille - au lieu de se centrer sur ce qui se passe, la compétition devient une distraction, un spectacle qui nuit à l'expérience optimale.

C'est aussi le test ultime du zanchin, qui doit rester à la fois calme comme l'eau de la surface d'un étang, mais prête à s'infiltrer dans la moindre ouverture de l'adversaire. Dans l'esprit des arts martiaux, la réussite d'une technique est autant un acte mental que physique. L'état d'esprit qui doit gouverner toute action est appelée "zanshin" et "kime".

Zanchin: Se présenter sur un tatami pour combattre, c'est avant tout se battre contre soi même: se battre contre sa peur, ses doutes, son stress. Ce combat contre lui-même oblige le compétiteur à se remettre en question et ainsi favorise son développement en tant que karateka mais aussi en tant que personne. C'est pourquoi la compétition développe la persévérance et l' esprit zanshin, indispensable à tout bon karatéka. Zanshin signifie  vide de l'esprit et disponibilité mentale, une vigilance aiguë manifestée par le karatéka. Ces deux notions sont en fait complémentaires. La première fait référence au vide, c'est-à-dire que l'esprit doit être calme et serein, libre de tout stress et de toute pression extérieure. Un karatéka qui engage un combat dans un état d'excitation a de grandes chances de la perdre car ses actions sont désordonnées et ses faiblesses sont plus facilement perceptibles. La liberté de l'esprit est le préalable à la disponibilité, c'est-à-dire être prêt à répondre à tout moment à toute action extérieure. Avoir un esprit clair et limpide ne suffit pas; il doit rester vif, prompt à canaliser toute l'énergie mentale et physique dans l'action qui s'impose.

Le combat n'est jamais terminé avant le Yame final de l'arbitre; il peut à tout moment prendre une direction imprévisible. L'exécution d'un coup, d'une action ne permet pas à l'esprit d'abandonner sa attention. L'adversaire peut bloquer, riposter à tout moment, revenir alors qu'on le croyait hors de combat. On peut associer au zanshin "l'esprit du combat". Un peu comme les samouraïs, qui ne rengainaient leur sabre que lorsque le danger était définitivement écarté.

 

Kime :Sans l'esprit de décision, il n'y a pas de karaté efficace. Le kime est l'ensemble des actions et attitudes qui interviennent dans la dernière phase du mouvement, peu avant l'impact et maintenus un peu au-delà; et qui font pénétrer l'énergie développée par le coup dans la cible. C'est la phase d'efficacité d'une technique, aussi pourrions-nous dire du kime qu'il est une énergie pénétrante. Le kime en karaté est souvent accompagné d'un kiai, qui est l'extériorisation de toute cette concentration interne explosant momentanément. Il s'agit d'un cri intense et bref, partant du ventre. C'est la manifestation sonore d'une attention physique et mentale rendue à son paroxysme, l'affirmation de la volonté inébranlable de vaincre. Il est expression d'efficacité, mais aussi une source supplémentaire, car il ne manque pas de troubler l'adversaire pendant une fraction de seconde, davantage si sa concentration est faible.

C'est un des buts philosophiques de cet art martial que de parvenir à maîtriser son esprit dans cet élément. L'esprit doit demeurer concentré, prêt à saisir toute occasion, la fraction de seconde de déconcentration dans le regard de l'adversaire, le changement de distance, l'erreur de «timing», etc. Le combat est l'aboutissement de tous les efforts investis dans la technique au dojo et le test de l'efficacité réelle du karaté.

La compétition: Lors des compétitions avec la NKA, la FFKAMA et la WKF, tous les coups sont contrôlés afin de ne pas blesser l'adversaire. Les coups sont réglementés et les arbitres jugent les techniques des compétiteurs. Les techniques ne visent pas les points vitaux pour éviter les blessures graves. Les coups en bas de la ceinture sont interdits et le contact au visage doit être léger. Toutefois, les coups au corps peuvent être assez appuyés. Le combat de compétition se pratique, pour le karaté non contact, avec un protecteur buccal, des gants rembourrés, des protège-tibias, une coquille pour les hommes et des protège seins pour les femmes. Les compétiteurs de haut niveau sont des athlètes et doivent suivre un entraînement spécialisé, et comme les athlètes des autres sports, l'âge des compétiteurs dépasse rarement la trentaine.

Le combat se déroule sur un carré de huit mètres de côté. Il oppose deux adversaires pendant une durée de trois minutes pour les hommes et deux minutes pour les filles. Le combattant situé à gauche de l'arbitre est appelé AO, il porte une ceinture bleue et des gants bleus. Le combattant situé à droite de l'arbitre est appelé AKA et porte une ceinture rouge et des gants rouges.Ainsi trois juges situés autour de l'aire de combat face à l'arbitre central qui est sur le tatamis, possèdent chacun deux drapeaux, un bleu et un rouge, leur permettant de signaler les points marqués ou les fautes commises par l'un ou l'autre des adversaires. L'arbitre central a seul le pouvoir d'attribuer les points et les pénalités en prenant en considération l'avis des juges. Seuls les coups au-dessus de la ceinture sont autorisés, et seuls les coups touchant l'adversaire avec kime mais contrôlés sont comptabilisés.

 

KUMITE 

Qui vainc les autres est puissant, qui se vainc lui-même est très fort. Dao De Jing

   Accueil   Combat  Vidéos de combat

Kumite est formé des kanjis kumi et te , rencontre et main, qui signifie donc une mise en application, avec un partenaire, des techniques de bases (Kihon). En Shotokan, les attaques et les contre-attaques sont effectuées de façon controlée. Les techniques sont portées avec puissance, mais sont retenues avant l'impact (Sundome). Le combat est le test de vérité du karaté. Il en est la manifestation la plus évidente. C'est le moment où deux désirs de vaincre, deux esprits et deux corps s'affrontent dans un challenge où rien n'est fixé d'avance. Tout est permis en combat libre ; les techniques de karaté, bien entendu, mais aussi les feintes, les ruses, le kiaï. C'est le test ultime de l'esprit alerte qui doit rester à la fois calme comme l'eau de la surface d'un étang, mais prête à s'infiltrer dans la moindre ouverture. C'est un des buts philosophiques de cet art martial que de parvenir à maîtriser son esprit dans cet élément. L'esprit doit demeurer concentré, prêt à saisir toute occasion, la fraction de seconde de déconcentration dans le regard de l'adversaire, le changement de distance, et l'erreur de timing. Le combat est l'aboutissement de tous les efforts investis dans la technique au Dojo, et le test de l'efficacité réelle du karaté. Évidemment, avec la WKF, tous les coups sont contrôlés et réglementés afin de ne pas blesser l'adversaire. Bien sûr, nous ne sommes pas tous destinés à devenir champions de compétition, mais le kumite doit être pratiqué par tous les karatékas, sinon le karaté se réduit à un exercice vide de sens.

 Pour accéder au grade de ceinture noire, il faut avoir essayé au moins une fois un affrontement arbitré sur le tatamis, et constater que même si on maîtrise bien toutes les techniques en Kihon kumite, le combat c'est autre chose...

 

Il est évident qu'on ne s'improvise pas compétiteur du jour au lendemain. Cela demande une progression bien établie. C'est le rôle des combats conventionnels : ils forment les réflexes du pratiquant, bâtissent son sens de la distance, lui enseignent le timing, le sens du moment où tout doit se jouer. Les combats aiguisent les réflexes de défenses et de contre-attaque. Ils construisent, peu à peu, l'esprit calme mais alerte qui caractérise un bon karatéka.

Les assauts conventionnels, Kihon Kumite, se pratiquaient déjà à l'époque du To De d'Okinawa, et se pratiquent toujours aujourd'hui. Au début du Shiai, deux pratiquants se faisaient face. Tori attaquait avec toute sa puissance, Uke bloquait de la même manière, le vainqueur était celui qui restait "intact". Il n'y avait pas de règles mais l'affrontement se faisait en respectant des coutumes.

Puis dans les années 50, les écoles universitaires Japonaises de karaté créèrent les premières règles de compétition, le système précédent se terminant trop souvent par des blessures. Par la suite avec la Nihon Kohai Karate (JKA), les combattants ne s'affrontaient qu'après avoir démontré un bon style et une bonne connaissance des katas. Dès lors, on assistait à des combats d'un haut niveau technique, sans protection et avec un contrôle absolu au niveau du visage.

Kihon kumite: Cette forme de combat avec conventions préalables ou avertissement préalable des techniques qui seront utilisées, que l’on peut varier à l’infini, selon les écoles, les clubs, les professeurs, le niveau, le but recherché, la complexité, etc.... En voici quelques exemples.

Kihon sanbon kumite, l'attaque sur trois pas. Kihon sanbon kumite est généralement la première introduction au combat, elle permet à la ceinture blanche ou jaune d'apprivoiser le contrôle, la notion de distance, la synchronisation, le centre d'équilibre, la respiration. Il oppose deux partenaires, l'un attaquant et l'autre défendant puis contre-attaquant après la troisième attaque. Elles se pratiquent toutes en zenkutsu dachi. Trois attaques à trois niveaux sur trois pas, annoncées. Les trois attaques sont oi zuki jodan, oi zuki chudan, puis un mae geri chudan. Le défendant contre-attaque au dernier mouvement. Les trois attaques se font en avançant, il s'agit de la même attaque au niveau qui a été défini par l'instructeur au préalable ;soit niveau chudan c'est à dire au dessus de l'estomac, soit niveau jodan, c'est à dire au visage. Pour les débutants, les trois attaques / blocages sont réalisées suite au compte du professeur. Par la suite les trois attaques se font sans compte tout en respectant l'attaque et le niveau indiqués par le professeur, il n'y pas d'autres indications que "hajime" pour débuter et "yame" pour terminer.

Kihon ippon kumite, l'attaque sur un pas. Kihon ippon kumite est également une forme de base pour les combats. Ippon kumite est sensiblement identique au Sanbon kumite, sauf que l'attaquant (Tori) effectue une seule technique en avançant sur un pas, et la contre-attaque est réalisée par le défenseur(Uke) après l'esquive et le le blocage. L'attaque est faite en partant de la position en zenkutsu dachi tandis que le défenseur reste en position d'attente (Yoi). Une seule attaque, annoncée. Le défendant bloque, puis contre-attaque. Il en existe plusieurs formes, nous pratiquons surtout oi-zuki judan et chudan, ainsi que mae-geri chudan.

Jiyu ippon kumite, le combat semi-libre. Jiyu-ippon kumite peut être considéré comme une introduction au combat libre, mais il s'agit surtout d'un affrontement où l'attaquant n'a qu'une seule chance d'atteindre son adversaire avec l'attaque annoncée; l'attaquant nomme la technique et le niveau jodan ou chudan. Le défenseur doit bloquer en esquivant l'attaque puis contre-attaquer avant la fin du mouvement. Tori et Uke sont toujours choisis à l'avance ainsi que la technique et le niveau.

Combat sur une seule attaque annoncée. Ici, la position est plus naturelle; on attend et donne l'attaque en fudo dachi, on ne parle plus de position yoi et zenkutsu dachi comme lors du Kihon kumite. L'attaque est connue du défendant, mais l'attaquant commence à distraire Uke par des changements de timing, des feintes légères afin de rendre sa lancée aussi imprévisible que possible. Uke doit demeurer calme et ne réagir qu'à la véritable attaque. Ce genre de combat développe les réflexes, le sens de l'opportunité, de la distance, du timing, le zanchin et le contrôle.

Jiyu kumite. Le combat libre (jiyu-kumite) et la compétition (shiai), par contre, sont des inventions beaucoup plus récentes : ils ne sont apparus qu'aux environs de la Seconde Guerre mondiale. Ils furent d'ailleurs à l'origine de plusieurs scissions entre les écoles de karaté, et le sont encore, aujourd'hui. Gichin Funakoshi n'était pas en accord avec cette forme de pratique. Le jiyu kumite peut être considéré comme le jeu du chat et de la souris où deux adversaires s'affrontent. Dans ce cas, chaque partenaire attaque quand et comme il le souhaite; une seule attaque, un enchaînement.

Shiai. Le shiai ou combat en assauts libres. C'est à cette occasion que l'on essaie de placer les techniques apprises et préparées plus tôt. On essaie d'élaborer une tactique d'attaque et de défense que l'on perfectionne à cette occasion. Les coups sont appuyés, mais non portés de toutes nos forces. Le but est de travailler la précision et l'efficacité, et non la force brute. Dans un aire de compétition de karaté, les coups sont réglementés. Un arbitre et trois juges évaluent les techniques des compétiteurs. La volonté de remporter la victoire et de tester ses habiletés remplacent la notion de frapper pour se défendre. Les coups en bas de la ceinture sont interdits et le contact au visage doit être contrôlé. Le combat de compétition se pratique, pour le karaté non contact, avec un protecteur buccal, des gants rembourrés, des protège-tibias, une coquille pour les hommes et des protège seins pour les femmes. Toutes les techniques sont permises à la condition d'être contrôlées : atemis, blocages, coup de pieds, coups de poing, balayages, feintes, etc.

BIENVENUE

Vous êtes actuellement sur le site officiel du Club de Karate Shotokan de la Ville de Saint-Gilles dans le Gard

Le karate est un Art martial Japonais, c'est une forme d'auto-défense se pratiquant principalement à mains nues. Le ou La future Karateka apprend à contrôle son corps et son esprit, les coups ne sont pas totalement portés contre l'adversaire. Les gestes sont maitrisés et s'accompagnent généralement d'un KIAI afin de libérer son énergie.

Tout ceci se déroule sous l'encadrement de Ophelie (professeur). 

N'hésitez pas à venir vous renseigner et venir faire vos cours d'essais afin de faire partie de notre famille

Karate saint-gillois. 

karatesaintgillois30@gmail.com

ou par téléphone : 06 31 02 95 72

 

Bonne visite sur notre site !